En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: Site de la cnil

ALLIER CONFORT ET PERFORMANCE DANS VOS ACTIVITÉS OUTDOOR. 

Vos exigences de sportifs  sont aussi les nôtres : confort, régulation thermique, polyvalence d’usage et bien sûr esthétique. Nous croyons que la laine mérinos est une alternative sérieuse aux matières synthétiques classiques.

Notre vocation ? Concevoir, en France, des premières couches performantes, adaptées à des activités outdoor plurielles telles que le trekking, le ski de randonnée, le bikepacking ou le trail-running. Avec une appétence particulière pour l’itinérance à pieds, à vélo mais aussi l’ultra-trail, usant pour l’organisme au point de mettre le bien-être comme attente numéro une. 

Les coupes ajustées modélisées par OGARUN favorisent le mouvement et conviendront à celles et ceux qui recherchent avant tout l’efficacité thermique, la polyvalence et le confort.

Même mouillés de transpiration (ou de pluie), nos vêtements en laine mérinos confèrent à l’humidité absorbée un pouvoir isolant que les matières synthétiques n’ont pas. La laine mérinos mouillée est donc aussi confortable que sèche. Elle vous tiendra chaud en hiver et sa fibre humide vous rafraîchira en été.

À contrario, mouillé, le polyester n’est pas agréable, et refroidit immédiatement celui qui le porte. 

Enfin, l’autre raison qui fera de vous un aficionados de la laine mérinos tient dans son pouvoir magique à chasser, en séchant, les odeurs corporelles. Plusieurs conséquences à ça : vous économiserez des gestes d’intendance (laver, étendre votre linge), de l'électricité et quelques centaines de litres d’eau. Enfin,  vous partirez léger sur les chemins. Un vêtement pour la journée, un autre pour le bivouac, c’est tout ! 

DIRE LA VÉRITÉ : PRODUIRE C’EST POLLUER.

OGARUN, petite entreprise qui produit en France, malgré sa taille et malgré sa philosophie, pollue quand même. 

En lançant ce projet, Jean-Charles le fondateur a une idée derrière la tête : proposer des vêtements de sports outdoor à moindre coût environnemental. L’idée est simple, sa mise en oeuvre est complexe. Action !

OGARUN choisit la laine comme matière principale pour deux raisons : 

1/ faire différemment : très peu de marques la travaillent réellement. Pourquoi ? Elle coûte cher et elle permet de limiter les couches, donc les besoins, donc les achats.

2/ elle est extraordinaire pour l’outdoor quand on sait l’utiliser. Ce qui n’est pas simple puisqu’elle remet en question quelques habitudes ou croyances. Celles des fameuses trois couches par exemple. La plupart du temps, avec une première couche en laine, une couche supplémentaire suffit, rarement deux. 

Parfois, certains vêtements ne peuvent être faits qu’avec de la laine : un short ou un cuissard de vélo par exemple. Le challenge d’associer un polyamide français avec notre laine est intéressant et m’impose d’ouvrir les chakras vers d’autres savoir-faire. Celui du polyamide par exemple. 

PRODUIRE EN FRANCE, C’EST BIEN POUR TOUT LE MONDE.

La présence de lois et de labels qui protègent le salarié, le client et qui préservent au mieux notre environnement

 Notre pays détient un savoir-faire textile d'excellence. OGARUN fait travailler une vingtaine de PME qui donnent du travail à plus de 500 familles. Alors oui, ces vêtements sont plus coûteux qu’en grande surface spécialisée. À y regarder de plus près, ce surcoût paie salaires, conditions de travail, santé et cinq semaines de congés payés. Pas si mal pour un simple t-shirt non ? . 

Parler la même langue laisse peu de place à l'interprétation, les projets sont vite sur pied. 

Nos structures sont courtes donc agiles. Je passe une commande le 1er février, elle est produite le 1er mars et dans mon entrepôt le lendemain. La même commande produite à Shanghai prendrait 10 jours jours pour être produite, 10 jours pour passer la douane, 45 jours pour faire Shanghaï-Le Havre, encore 10 jours de douane Soit 75 jours quand tout va bien.  

Une fabrication en France agit certes sur la réduction du C02 dans le transport mais l’essentiel n’est pas là. Il permet surtout de réduire l’impact de production par les types d’énergies utilisées chez nos fabricants. Produire en France, c’est travailler avec une énergie majoritairement décarbonée, et un cadre de jeu exigeant qui interdit des modes de production que d’autres s’autorisent, par exemple sur la “teinture”.

LE QUI QUOI OÙ DES ÉTAPES DE FABRICATION

OGARUN aimerait un jour utiliser un fil de laine mérinos française, aussi fin que celui produit par les élevages sud-africains qui nous fournissent actuellement. Mais en toute franchise, ce n’est pas demain la veille. D’abord parce que les fils de laine français les plus fins font 21-22 microns et qu’ils manquent de longueur. Ensuite parce qu’à l’étape suivante, la fabrication du fil, aucune des trois filatures lainières françaises n’est outillée pour produire un fil aussi fin. Et acheter de nouvelles machines représente un investissement de plusieurs millions d’euros. 

Alors, on s'adapte. Nous nous assurons de la traçabilité, des conditions d’élevage, de rémunération des éleveurs et du bien être animal en choisissant une laine labellisée ABELUSI aux critères exigeants et protecteurs. 

Par ailleurs, notre fournisseur de tissu performants des tenues vélo, utilise, en complément de la laine mérinos, un fil de polyamide fabriqué en France ou Allemagne, un matériau synthétique assurant une grande durabilité du composant.

Aujourd'hui, 88% du prix de vente de nos produits irrigue l'économie française.

C'est une fierté pour OGARUN de collaborer, en confiance et en proximité avec nos PME. Acteurs locaux dotés d'un savoir-faire reconnu et fiers de participer au développement d'une jeune entreprise qui veut faire bouger les lignes.

Port Elisabeth
Afrique du Sud
Élevage Mérinos
Pologne
Filature de la laine
Normandie
Culture du lin
Lille
Bureau d'étude et Tricotage
Roanne
Ennoblissement et teinture
Lille
Assemblage des vêtements
Hauts-de-France
Premières couches
Bretagne
Pulls
Rhone-Alpes
Bonnets
Auvergne et Normandie
Tenues de vélo
Brescia (Italie)
Chaussettes
Seine-Maritime
Colis réutilisables
Saint-Etienne
Étiquettes & Écussons
Le Havre
Packaging

Des vêtements et sous-vêtements en laine mérinos pour vos sports outdoor

Laine mérinos : une fibre naturelle aux multiples avantages

Issue de la tonte des moutons mérinos, la laine mérinos est réputée pour être une laine de qualité, douce, fine et respirante. Ces propriétés proviennent du milieu dans lequel cette race de mouton évolue.

En effet, nous retrouvons essentiellement le mouton mérinos en Australie, en Afrique du Sud et en Nouvelle-Zélande, des pays avec des conditions climatiques extrêmes et notamment de très fortes chaleurs. Ces caractéristiques climatiques ont également amenées cette laine à développer des propriétés naturelles anti-UV.



Le composant idéal pour des vêtements techniques performants

L’un des bénéfices recherchés à travers l’usage de la laine mérinos dans le textile pour le sport est la finesse et la légèreté de la fibre. En effet, cette laine est 3 fois plus fine que la laine de mouton traditionnelle (15 à 20 micromètres contre 60 micromètres) ce qui lui assure une souplesse et une douceur unique.

Pour vos activités outdoor : trail, running, gravel, bikepacking, ski de randonnée…

En plus de cela, les vêtements en laine mérinos offrent des propriétés thermorégulatrices et antibactériennes ce qui les rendent particulièrement adaptés à l’usage de sports outdoor comme la randonnée, le trail, le ski alpin, le ski de randonnée ou encore le VTT. Enfin, contrairement à la majorité des fibres synthétiques, la laine mérinos est inodore, les vêtements conçus à partir de ce composant naturel n'absorbent donc pas les mauvaises odeurs et vous permettent de les porter plusieurs fois avant un lavage.

Le fondateur

Par Serge Moro, rédacteur en chef du magazine Esprit Trail

Imaginez l’énergie qu'il faut pour tenir son rang sur un terrain de rugby à 13. Jean-Charles l'a fait et bien fait.

Dès l'enfance, il laboure les terrains du grand jeu du côté d'Avignon. Ici le 13 c'est une tradition qui forge les caractères et unit les hommes. Jean-Charles est un robuste qui arbora fièrement les couleurs de l'équipe nationale, des cadets jusqu'à France A.

Son rêve était de jouer en Australie, ce qu'il réalisa en 1994 et 1995. Juste à temps avant de revenir en France pour réfléchir à une reconversion, à 26 ans.

Jean-Charles intègre alors le monde du travail dans une enseigne spécialisée d'articles de sports. Il y restera dix-neuf ans, jusqu'au poste de directeur de l'offre trail-running, sport qui le passionne depuis une douzaine d'années.

L'animation du projet Trail et des équipes de conception feront le trait d'union avec sa nouvelle vie. Pour lui, il est temps d'allier passion, convictions et expérience pour se lancer un nouveau défi.

En 2018, comme l'envie de faire différemment lui colle à l'âme, il quitte la grande distribution sportive et poursuit son envie d'aller plus vite sur ce qui lui tient le plus à cœur : l'éco-conception. A l'approche de la cinquantaine, Jean-Charles challenge ses idées pour les confronter à la réalité et les faire progresser concrètement.

Il porte le projet OGARUN, en phase avec l'urgence de notre temps, avec l'envie de faire les choses d'une certaine manière, avec plus de transparence. Lancé dans cette aventure entrepreneuriale, Jean-Charles est aligné avec ses valeurs d'authenticité dans la vie et d'audace dans l'action.